Biodiversité et changements climatiques

Biodiversité et changements climatiques

Alors que des gouvernements de partout dans le monde étaient réunis à Montréal pour la 15e Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP15), plusieurs événements touchant le domaine de la biodiversité et des changements climatiques étaient au calendrier cette semaine.

L’inclusion des communautés autochtones dans la conservation de la biodiversité

Entre autres, WSP avait convié des représentants de différentes communautés autochtones au Canada à une rencontre pour discuter de biodiversité. L’objectif était d’entendre le point de vue de ces communautés qui ont, depuis toujours, préservé un contact étroit avec la nature.

Parmi les éléments à retenir : la mise en commun du « savoir traditionnel » des communautés autochtones et de la science offre le potentiel de mieux comprendre le territoire. Les communautés autochtones connaissent très bien la faune et la flore. On peut penser par exemple à la situation du caribou. Elles peuvent donc contribuer à une analyse plus précise en vue d’assurer la protection des écosystèmes et de la biodiversité.

Cette rencontre était une initiative intéressante de WSP, l’une des premières firmes à avoir publié une déclaration sur la biodiversité.

Objectif Net Zéro

Autre événement : le Conseil du patronat du Québec accueillait cette semaine Sébastien Mousseau, un expert dans le domaine des énergies renouvelables chez SNC-Lavalin. Ce dernier a donné une conférence sur les cibles GES de 2030 pour le Canada.

L’objectif Net Zéro vise d’en arriver à un équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et la captation de ces mêmes émissions. Un équilibre qui contribuerait à diminuer les impacts des changements climatiques et leurs effets sur la biodiversité.

D’ici 2030, le Canada vise donc une réduction de 40 % à 45 % des émissions par rapport au niveau de 2005. Le défi est colossal, sachant qu’entre 2005 et 2019, la réduction des GES au Canada a totalisé un maigre 1,1 %…

Dans un rapport intitulé Ingénierie Net Zéro, SNC-Lavalin formule des recommandations pour réduire les émissions de GES au Canada, particulièrement dans les secteurs prioritaires de l’électricité, des transports et du pétrole & gaz.

Biomimétisme

Finalement, notre Forum des jeunes professionnels a présenté cette semaine une conférence sur le biomimétisme, animée par Philippe Terrier, un des rares experts dans le domaine au Québec et maître d’enseignement à l’ÉTS.

Évoqué pour la première fois à la fin des années 60, le biomimétisme se définit comme une philosophie et une approche conceptuelle interdisciplinaires prenant pour modèle la nature afin de relever les défis du développement durable. Un des principes de ce concept est la (bio)diversité.

Depuis 2015, la norme ISO 18458 est venue structurer la conception biomimétique, rendant cette approche plus crédible en ingénierie. Le biomimétisme a pris son envol dans quelques pays, notamment les États-Unis, la France et l’Allemagne.

Concrètement, un concept biomimétique peut s’inspirer de la nature au niveau de la forme. Par exemple, le design du train à grande vitesse Shinkansen, au Japon, s’est inspiré du martin-pêcheur (photo de couverture) afin d’assurer un aérodynamisme optimal.

Le biomimétisme peut aussi s’inspirer de la nature au niveau des fonctions. Et ultimement, le biomimétisme écosystémique vise d’imiter les interrelations présentes dans la nature, où chaque espèce joue un rôle précis, permettant une réutilisation circulaire de la matière. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de l’Institut de biomimétisme ou jeter un coup d’œil à la base de données asknature.org qui facilite la conception biomimétique par la recherche de différentes fonctions observées dans la nature.