Le génie-conseil dans le Journal de Montréal

Pour clôturer de belle façon le Mois national du génie, l’AFG a publié ce mercredi 30 mars un dossier spécial sur le génie-conseil en collaboration avec le Journal de Montréal.

D’entrée de jeu, j’ai l’occasion d’y parler des trois chantiers récemment lancés par l’AFG afin de se pencher sur les enjeux majeurs de l’industrie : main-d’œuvre, innovation et cadre législatif et réglementaire.

Mais surtout, ce dossier est inspiré de la nouvelle image de marque de l’industrie, présentée en septembre dernier lors de la soirée des Grands Prix du génie-conseil québécois. Il représente un échantillon du génie-conseil aujourd’hui, en 2022, face à des défis énormes pour mettre à jour nos infrastructures, intégrer de nouvelles technologies toujours plus performantes et adapter les ouvrages aux changements climatiques.

Manifeste du génie-conseil

On y retrouve certain.es des professionnelles et professionnels qui ont participé à la création de la vidéo du Manifeste du génie-conseil, qui incarne l’ADN du génie-conseil québécois.

Ils décrivent la profession, donnent leur point de vue sur les tendances à surveiller et présentent fièrement leurs derniers projets.

De la Colombie-Britannique à Shawinigan, en passant par l’Algérie et le Vietnam, plusieurs réalisations mettent en valeur le savoir-faire multidisciplinaire et la variété des secteurs d’activité du génie-conseil québécois.

Tendances à surveiller

Au niveau des tendances, on y parle entre autres d’intelligence artificielle, de la présence des femmes, de la valeur ajoutée des services et d’innovation. Plusieurs s’entendent aussi sur l’importance du développement durable et de la capacité d’adaptation aux changements climatiques comme une tendance incontournable dans l’évolution du rôle des professionnels en génie-conseil.

Si vous n’avez pas déjà vu le dossier en version originale dans le Journal de Montréal, je vous invite à CLIQUER ICI pour le consulter en version PDF!


Photo de couverture : la firme de génie-conseil EXP a collaboré à la création du Parcours des phytotechnologies au Jardin botanique de Montréal