Bien investir dans nos projets d’infrastructures

Je participais ce mercredi matin à la conférence Infrastructures et grands projets publics organisée par Les Affaires à Montréal.

En début de journée, le président du Conseil du trésor, monsieur Christian Dubé, a prononcé une allocution spéciale (photo de couverture).

Son discours tournait surtout autour des investissements prévus au Plan québécois des infrastructures (PQI) 2019-2029 dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’économie (transports collectifs). M. Dubé n’a pas pris de détour pour décrire l’état « lamentable » et « déplorable » de certaines écoles, routes et salles d’urgence au Québec.

C’est la raison pour laquelle le dernier PQI a bénéficié d’une l’augmentation de 15 milliards sur 10 ans (de 100 G$ à 115 G$). Près de la moitié de cette augmentation sera investie en éducation, pour bâtir ou rénover des écoles primaires et secondaires.

Un autre 2 milliards a été attribué à la construction et la rénovation d’hôpitaux en région, des projets qui devraient être lancés prochainement.

Finalement, des sommes importantes seront dédiées aux transports collectifs, où le gouvernement voudrait investir, à terme, autant que dans l’entretien des routes. Sept grands projets sont à l’étude cette année, et représentent donc des investissements supplémentaires potentiels à venir.

Excessivement préoccupé par l’effervescence dans le marché, M. Dubé souhaite que l’industrie arrive avec des suggestions et des nouvelles façons de travailler, qui permettraient de réaliser un volume élevé de projets tout en contrôlant l’augmentation des coûts.

Une tournée de l’industrie visant à trouver rapidement des solutions et de nouvelles pratiques pour répondre à la demande est menée par Louis-Charles Thouin, député de Rousseau et adjoint parlementaire de M. Dubé.

M. Thouin était d’ailleurs sur place ce matin et j’ai profité de l’occasion pour m’entretenir brièvement avec lui. Son bureau m’a déjà lancé l’invitation à une rencontre officielle, que je me suis bien sûr empressé d’accepter. C’est intéressant de voir le gouvernement organiser ce genre de consultation qui nous donne l’opportunité de participer à l’identification des meilleures pratiques pour l’atteinte des objectifs gouvernementaux.

Petite parenthèse : en Ontario, le gouvernement va encore plus loin, ayant récemment lancé un « programme de propositions non sollicitées ». En résumé, il invite les entreprises privées à faire des propositions pour la construction ou l’amélioration d’actifs d’infrastructure dont pourrait bénéficier la population de l’Ontario! Si vous êtes curieux, je vous invite à voir les détails ici.

Dans un prochain billet, je reviendrai sur la table ronde sur les modes de réalisation à laquelle j’ai été invité à participer lors du même événement.