Nouvelle présidente du conseil et nouveaux objectifs stratégiques pour l’AFG

Cette semaine, le jour de notre assemblée générale annuelle, les administrateurs ont nommé une nouvelle présidente du conseil d’administration en la personne d’Isabelle Jodoin (photo), ingénieure et vice-présidente principale – Québec de Stantec, qui est ainsi devenue la première femme à occuper ce poste à l’Association en 43 ans d’histoire.

Les réactions à cette nomination sont très positives et nous avons hâte de travailler avec la nouvelle présidente pour mettre en œuvre notre plan stratégique 2017-2020, que nous avons dévoilé aux membres lors de l’assemblée annuelle.

Dans le cadre de l’exercice qui a mené à l’élaboration du plan stratégique, nous avons d’abord réécrit le libellé de notre mission, qui est maintenant d’assurer le développement, l’épanouissement et la reconnaissance du génie-conseil québécois.

Cette mission est cohérente avec notre vision, selon laquelle nos membres, les firmes de génie-conseil, sont les concepteurs de solutions pour construire le Québec de demain : les ingénieurs du Québec ont la capacité d’innover et de trouver des solutions durables aux grands enjeux de notre époque.

Pour ce qui est de nos orientations stratégiques pour la période 2017-2020, elles s’inscrivent dans la continuité de nos actions des dernières années, mais correspondent davantage à la situation actuelle de l’industrie et à nos aspirations pour les années à venir…

  1. Assurer la représentativité du génie-conseil
    Entre autres, nous voulons nous assurer de continuer à impliquer les PME, les firmes actives en région et les firmes œuvrant dans tous les secteurs d’activité, et assurer une participation de tous les membres aux prises de position.
  1. Promouvoir le rôle du génie-conseil, notamment auprès du grand public
    Je veux souligner à grands traits l’intégration du « grand public » dans l’orientation stratégique qui concerne la promotion. Pour le génie-conseil, une industrie avec laquelle la population est rarement en contact direct, c’est tout un changement de mentalité. Mais l’importance de la communication auprès du grand public ne fait plus aucun doute : c’était un des constats forts de nos consultations.
  1. Mobiliser l’industrie et ses parties prenantes pour la modernisation de ses pratiques
    Nous voulons soutenir la modernisation des pratiques, par exemple au niveau des modes d’octroi de contrats, des modes de réalisation ou encore de l’intégration des dernières technologies. Certains partenaires sont exaspérés par la situation actuelle, particulièrement dans le domaine municipal. Mais ça ne se limite pas uniquement à ce dossier… À tous les niveaux, nous pouvons moderniser et améliorer les façons de faire, autant du côté des donneurs d’ouvrage que des firmes de professionnels. Nous y travaillerons en collaboration avec toutes les parties prenantes intéressées.

Le défi est grand, mais nous entendons faire preuve de leadership, d’ouverture, de collaboration et de passion pour mener à bien notre mission et mettre en œuvre notre nouveau plan stratégique.