Discours d’ouverture: le gouvernement cible la rareté de main-d’œuvre en génie

Le discours d’ouverture du premier ministre François Legault ce mardi 19 octobre a donné lieu à une annonce fort réjouissante pour l’industrie québécoise du génie-conseil : le gouvernement aidera les entreprises à surmonter le défi de la main-d’œuvre.

Comment? En mettant en place des façons de soutenir une augmentation de la productivité, et en aidant les Québécois « à se former, se qualifier et se requalifier ».

En plus de prioriser à très court terme les employés qui offrent des services directs à la population, notamment en santé et en éducation, le premier ministre a indiqué l’intention du gouvernement d’aider le secteur privé en ajoutant 100 000 travailleurs qualifiés dans trois secteurs :

  • la construction
  • les technologies de l’information, et
  • le génie.

Je suis très heureux que notre secteur soit identifié de façon spécifique sur cette courte liste, puisque l’enjeu de la main-d’œuvre est la principale préoccupation entendue dans le cadre de ma récente tournée des membres. La rareté de main-d’œuvre est un frein à la croissance de nos firmes de génie-conseil et il faut trouver des solutions.

La main-d’œuvre est d’ailleurs un des trois piliers que j’ai identifiés lors de cette tournée et donc un des principaux enjeux sur lesquels l’AFG compte travailler durant la mise en œuvre de son plan stratégique 2021-2024.

J’ai eu l’occasion d’en parler à plusieurs occasions dans les médias au cours des dernières semaines et c’est encourageant de voir que le gouvernement vient aujourd’hui s’attaquer directement à ce défi, qui touche tout le secteur du génie comme l’a révélé une étude publiée par l’Ordre des ingénieurs du Québec au printemps dernier.

Je salue cette initiative des plus prometteuses et je suis très enthousiaste à l’idée que l’AFG puisse collaborer avec le gouvernement afin de relever le défi de la main-d’œuvre au cours des prochaines années! À suivre…


Photo de couverture : le premier ministre François Legault lors de son discours d’ouverture. Capture d’écran de l’Assemblée nationale du Québec.