Budget 2017-2018 : Québec maintient le cap au niveau des infrastructures

J’étais à Québec ce mardi après-midi pour la présentation du budget du Québec 2017-2018 par le ministre Carlos Leitão. Les attentes étaient assez grandes quant aux investissements à venir dans plusieurs secteurs pour les prochaines années, en raison des importants surplus enregistrés.

D’entrée de jeu, le ministre des Finances a qualifié son budget « d’espoir retrouvé », avec de nombreuses annonces dans plusieurs secteurs.

En ce qui concerne plus directement le génie-conseil, le gouvernement maintient le cap au niveau des infrastructures. Le gouvernement ajoute même 2,4 milliards à son Plan québécois des infrastructures (PQI), dont les investissements s’établissent maintenant à 91,1 milliards pour 2017-2027, dont près de 40 milliards au cours des quatre prochaines années.

pqi_2017-2027_graphique

Sans surprise, le PQI confirme l’appui du gouvernement à trois grands projets :

– le Réseau électrique métropolitain (REM) (investissement de 1,3 milliard);

– le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal (début des travaux en 2021);

– le service rapide par bus (SRB) Québec-Lévis, avec une somme de 56 millions allouée immédiatement pour la préparation des plans et devis (début des travaux en 2019).

Toujours en transport collectif, le gouvernement prévoit des investissements de près de 1,5 milliard de dollars pour la mise en place de l’Autorité régionale de transport métropolitain et pour appuyer davantage les organismes de transport collectif dans toutes les régions du Québec.

Et à cela, il faut ajouter pour l’année 2017-2018 des investissements de l’ordre de 4,2 milliards de dollars prévus par les entreprises du gouvernement, principalement par Hydro-Québec.

D’autres mesures pourraient s’avérer intéressantes pour l’industrie du génie-conseil, notamment en éducation, santé, recherche et innovation, entrepreneuriat, main-d’œuvre, agriculture et tourisme. Les mesures visant à soutenir l’intégration des personnes immigrantes au marché du travail sont également une bonne nouvelle.

Bref, ce budget témoigne de la rigueur du gouvernement dans la gestion des dépenses, de l’accélération de la croissance et de la création d’emploi au Québec, ainsi que de la marge de manœuvre qui en découle.

Les investissements en infrastructures, entre autres, nous donnent l’opportunité d’adopter une vision à long terme pour en faire aussi bénéficier les prochaines générations. Dans son plan économique, le gouvernement affirme d’ailleurs maintenir des niveaux d’investissements publics en immobilisations à des niveaux élevés « afin de répondre aux besoins importants du Québec en matière d’infrastructures publiques de qualité ». Voilà de quoi nous redonner un peu d’espoir!