Au revoir…

Dans quelques heures, je quitterai mon poste de président-directeur général de l’AFG. Je signe donc aujourd’hui mon dernier billet sur ce blogue.

Je quitte une organisation qui repose sur des fondations solides. D’abord avec un membership bien établi et engagé. Ensuite, avec un réseau de collaborateurs et de partenaires qui dépasse largement les limites du monde de l’ingénierie. Et finalement, avec une structure qui permet de maintenir des relations constructives avec les donneurs d’ouvrage et les gouvernements.

Pour les prochaines années, l’AFG s’est donnée des objectifs clairs qui visent à mettre à profit les forces du génie-conseil dans la recherche de solutions aux grands défis de notre société, dont l’adaptation et la lutte aux changements climatiques.

Nous avons entendu tous les discours sur le sujet… Maintenant que la pandémie de COVID-19 semble s’estomper, il faut revenir à l’urgence d’agir à ce chapitre. Les firmes de génie-conseil détiennent les expertises pour ce faire et l’AFG a la capacité de soutenir et promouvoir leur contribution.

Par le passé, le génie-conseil québécois a joué un rôle très important dans le développement de nos infrastructures et l’amélioration de notre qualité de vie. La recherche de solutions à des problèmes est dans notre ADN depuis toujours.

Aujourd’hui, avec les outils technologiques à leur disposition et le virage numérique en cours, les professionnels du génie-conseil peuvent aller encore plus loin. Ils et elles doivent non seulement concevoir des ouvrages qui répondent aux besoins des clients et de la population, mais également utiliser toute leur science pour trouver des solutions qui s’inscrivent dans une démarche rigoureuse et responsable de développement durable.

Dans 15 ou 30 ans, les ingénieurs et les nombreux autres professionnels en génie-conseil doivent pouvoir être fiers de leurs réalisations et de leur contribution à la société…

Notre industrie doit donc convaincre les décideurs de l’importance du vrai développement durable et faire la démonstration des avantages d’une vision à long terme. En ce sens, l’AFG entend contribuer à faire évoluer les pratiques et à encourager plus de collaboration et d’innovation dans les projets au Québec.

Je termine en remerciant tous les membres qui ont été impliqués à l’AFG depuis mon arrivée et tous les partenaires avec lesquels j’ai eu beaucoup de plaisir à collaborer. Le Québec peut compter sur des entreprises, des professionnels et des gestionnaires publics et privés qui ont les compétences et la capacité d’améliorer les façons de faire. Il suffit de reconnaître leurs forces et de faire preuve de la volonté politique nécessaire pour les laisser s’exprimer. Tout est en place pour passer à la prochaine étape. Après mon départ à la retraite, je continuerai à suivre avec un grand intérêt les réflexions, les prises de position et les innovations d’une industrie du génie-conseil qui a encore beaucoup plus à offrir. J’ai déjà hâte de voir la suite!