Technologies propres et appels d’offres durables

livreblanc_ecotech2018_10

Dans un contexte de lutte aux changements climatiques et d’objectifs de réduction des gaz à effet de serre, l’économie verte est un concept très porteur pour le Québec. En effet, les gouvernements et les entreprises devront se tourner vers de nouvelles technologies plus propres pour réduire l’empreinte carbone de notre société.

Nous constatons d’ailleurs plusieurs initiatives en ce sens ici et ailleurs dans le monde, mais il reste encore beaucoup de travail à faire.

ecotech2018_livreblanc_0553
André Rainville (’AFG) et Denis Leclerc (Écotech Québec)

La semaine dernière, j’ai assisté au lancement du Livre blanc pour une économie verte, édition 2018, produit par Écotech Québec. L’organisation, qui représente la grappe des technologies propres, y propose 17 recommandations pour renforcer l’union entre l’économie et l’environnement et favoriser les relations entre tous les acteurs de l’écosystème.

Entre autres, les recommandations comprennent le développement de nouveaux protocoles de crédits compensatoires au Québec pour le marché du carbone, un financement plus responsable et la participation accrue du capital privé.

Le document comporte plusieurs suggestions intéressantes, mais je retiens de façon particulière la recommandation #7, qui vise de mener des appels d’offres durables.

« L’intégration par les ministères et organismes gouvernementaux de critères de performance environnementale et sociale ainsi que du coût total de possession dans leurs processus d’appels d’offres devrait être accélérée et couvrir l’ensemble des catégories de biens et services d’ici 2022. »

Cette recommandation s’appuie notamment sur la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020 du Québec, qui souligne l’intégration graduelle du coût total de possession dans les processus d’appels d’offres des ministères et organismes pour certaines catégories de biens et services d’ici 2020.

livreblanc_ecotech2018_136L’intégration du coût de possession dans les appels d’offres rejoint la vision de l’AFG : la sélection des firmes de génie-conseil ne devrait pas reposer sur le critère du plus bas soumissionnaire. Au contraire, pour s’assurer d’une conception qui tienne compte du meilleur coût de possession (conception, construction, exploitation et entretien), il faut sélectionner des experts, et leur octroyer les ressources nécessaires pour évaluer différentes options et mettre au point la solution optimale. C’est ce travail de réflexion en amont qui permet d’engendrer des économies non seulement lors de la construction, mais également durant tout le cycle de vie d’un ouvrage.

Je félicite donc Écotech Québec pour son initiative et j’espère sincèrement que la recommandation sur les appels d’offres durables trouvera rapidement écho au gouvernement. À tout le moins, Écotech Québec peut compter sur l’appui de l’AFG pour y parvenir.

 

CONSULTEZ le Livre blanc pour une économie verte

VISITEZ le site Internet d’Écotech Québec