Le gouvernement du Canada en mode qualité

parlement_canada

Je vous rapportais dans mon dernier billet que le gouvernement du Canada avait mené une consultation sur le mode de sélection basé sur les compétences… et que pendant ce temps le gouvernement du Québec publiait un projet de règlement qui ouvrirait la porte à des nouveaux modes d’octroi de contrat pour les services professionnels d’architecture et d’ingénierie qui favorisent tous le plus bas soumissionnaire. Ces modes seraient utilisés au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports et à la Société québécoise des infrastructures.

Eh bien drôle de coïncidence, le gouvernement du Canada vient tout juste de lancer son premier appel d’offres basé sur la qualité, pour un projet de rénovation de la promenade du pont Alexandra, qui enjambe la rivière des Outaouais entre Gatineau et Ottawa. Un projet doté d’un budget de construction d’un peu plus de 30 M$.

L’appel d’offres, très détaillé, comprend entre autres une section sur les objectifs, enjeux, contraintes et défis du projet. Le gouvernement y mentionne ses attentes élevées quant au respect des délais et du budget, à la qualité des travaux, au développement durable, à la bonne gérance, à l’esthétique, etc. Le document stipule notamment que le donneur d’ouvrage s’attend à ce que l’expert-conseil observe des normes de conception élevées.

De façon plus précise, on indique que « la réhabilitation doit être de grande qualité et avoir un haut rendement attribuable à l’excellence de son concept, de sa conception et de sa construction. » De plus, « sa conception et sa construction doivent être durables sur les plans économique et environnemental ». Ces exigences reflètent clairement une vision à long terme.

Le processus rigoureux prévoit une première phase de sélection qui s’appuie uniquement sur la qualité de la proposition. Une fois cette première étape complétée, la firme la mieux classée sera invitée à participer aux discussions visant à préciser l’énoncé de projet. Le gouvernement se dit ouvert à prendre en considération tout aspect de la proposition, y compris les idées novatrices et les approches de rechange qui peuvent réduire les coûts initiaux ou futurs liés au projet. Encore une fois, c’est un bel exemple de vision à long terme et une façon intelligente de bénéficier au maximum de la valeur ajoutée des consultants, dans un contexte des plus stimulants.

Je n’ai pas lu le document en détail, mais un simple survol permet de constater la rigueur de la démarche et la vision claire du donneur d’ouvrage.

À l’inverse, c’est totalement déconcertant de croire que le gouvernement du Québec, pourtant considéré jusqu’ici comme un leader canadien en matière de bonnes pratiques de sélection pour des services d’architecture et d’ingénierie au niveau des ministères et organismes publics, ferait le choix du plus bas prix en adoptant son projet de règlement. Difficile à justifier.

 

CLIQUEZ ICI pour consulter l’appel d’offres du gouvernement du Canada