L’AFG à Ottawa

alain_reyes_2017

La semaine dernière était marquée par le Congrès national du leadership de l’AFIC 2017. L’AFIC, c’est l’Association des firmes d’ingénieurs-conseils – Canada, l’association qui regroupe les associations de firmes de génie-conseil de toutes les provinces et territoires.

Dès samedi, nous avions une rencontre des directeurs d’associations. Nos échanges m’ont entre autres permis d’apprendre que les représentations en faveur de la sélection basée sur la qualité reçoivent de plus en plus d’écoute de la part des donneurs d’ouvrage publics dans l’Ouest canadien. Apparemment, ces derniers commencent à voir les avantages d’une ingénierie de qualité et à s’intéresser sérieusement à ce mode de sélection, appliqué au Québec depuis 2008 pour les ministères et organismes.

En début de semaine, les participants au congrès ont eu droit à plusieurs conférences d’intérêt, notamment sur les infrastructures, l’avenir du secteur canadien des ressources, les tendances technologiques et les ressources humaines.

La dernière journée était ponctuée de rencontres avec les députés de la Chambre des communes, dans le cadre de la Journée sur la colline, organisée chaque année par l’AFIC.

J’ai d’ailleurs eu l’occasion de rencontrer Alain Rayes, député de Richmond — Arthabaska, lieutenant politique pour le Québec, en compagnie de David Murray, Associé, Directeur principal, Bâtiment chez CIMA+ et délégué du Québec à l’AFIC. Une rencontre très agréable où j’ai été heureux de constater que le député conservateur partageait notre vision pour des infrastructures de qualité, conçues par les ingénieurs sélectionnés sur la base de la qualité.

Au-delà des services professionnels, l’objectif des rencontres de cette journée était de discuter de différents enjeux au niveau canadien, dont le mandat de la Banque de l’infrastructure du Canada, le projet de réforme de la fiscalité des PME (qui nécessite une analyse et une consultation plus poussées selon nous) ainsi que la création d’un corridor national de transport sur 7 000 kilomètres dans le Nord du Canada.

Ce dernier projet m’apparaît des plus intéressants. L’idée consiste à créer un corridor qui permettrait le passage de réseaux de transport routier, ferroviaire et pipelinier ainsi que des réseaux de télécommunications et de distribution d’électricité, le tout arrimé aux infrastructures routières et portuaires du pays. Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce a publié en juin dernier un rapport positif, intitulé Corridor national : Améliorer et faciliter le commerce et les échanges intérieurs, et soutient que ce projet pourrait renforcer l’économie canadienne d’aujourd’hui avec la même force que le chemin de fer des années 1800!

Le congrès s’est conclu avec la soirée de remise des Prix canadiens du génie-conseil. Des firmes membres de l’AFG se sont démarquées en remportant des prix d’excellence :

  • Golder Associés (réclamation et restructuration de la décharge de Barrie)
  • Norda Stelo (projet international d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans les petites villes du Nord au Ghana)
  • Parsons (remplacement du pont levant Sir Ambrose Shea)
  • SNC-Lavalin (ligne de transport en commun rapide Evergreen et projet hydroélectrique de Jimmie Creek)
  • Stantec (incendie de Fort McMurray : récupération des eaux usées et des eaux pluviales et abri de suerie pour l’Académie amiskwaciy)

 

Je vous invite à visiter le site Internet de l’AFIC pour voir tous les projets lauréats.

 

 

Photo de couverture : David Murray, Associé, Directeur principal, Bâtiment chez CIMA+ et délégué du Québec à l’AFIC, Alain Rayes, député de Richmond — Arthabaska et André Rainville, président-directeur général de l’AFG.