La SQI propose un nouveau mode de réalisation

En ce début d’année, nous avons reçu la visite à nos bureaux de trois représentants de la Société québécoise des infrastructures (SQI), venus présenter aux firmes de génie-conseil un tout nouveau mode de réalisation.

Cette présentation de Guy Paquin, Directeur général – Direction générale des stratégies et des projets spéciaux (photo de couverture), Julie Gagnon, Directrice exécutive – Projets en modes alternatifs et Jean Charbonneau, Chargé de projet, s’inscrivait dans une tournée afin de faire connaître cette initiative auprès des architectes, ingénieurs et entrepreneurs.

En résumé, le nouveau mode promet de combiner les avantages des concours d’architecture et de ceux du mode conception-construction. C’est donc un mode « conception-construction avec concours d’architecture intégré ». Cette façon de faire n’a apparemment jamais été utilisée ailleurs au Canada et vise entre autres à favoriser la qualité du projet et l’innovation, à offrir un meilleur accès aux marchés publics et à augmenter la concurrence.

Le premier projet qui sera réalisé avec ce nouveau mode est la conception et la construction d’un centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation. L’appel de qualifications doit être lancé vers la fin février et l’objectif est d’identifier une équipe en mesure de concevoir et construire un établissement qui pourrait définir les nouveaux standards en matière de centres jeunesse au Québec.

Plusieurs nouveautés

Parmi les nouveautés, les exigences au niveau du financement sont réduites, une indemnité plus élevée est offerte pour la préparation des propositions, un prix plafond pour la conception et la construction est fixé par la SQI et l’évaluation des propositions comprend un facteur d’ajustement de la qualité (k) largement plus élevé que la pratique habituelle pour ce genre de contrat de construction, soit 80 plutôt que 15.

Mais la nouveauté la plus audacieuse est probablement une bonification de la note qualité, de 10 points à la meilleure proposition et de 5 points à la deuxième meilleure proposition. Cette mesure vise à contrer une forte tendance des comités de sélection à attribuer des notes « qualité » trop rapprochées, ce qui rend habituellement inefficace les facteurs d’ajustement de qualité. C’est un aspect important que nous avons souvent fait valoir dans le dossier des modes d’octroi des contrats publics, puisque le Conseil du trésor établit justement ses formules d’appels d’offres qualité/prix sur des écarts de qualités théoriques qui ne se réalisent jamais. La solution apportée par la SQI offre donc un potentiel intéressant pour contrer l’impact prépondérant du prix dans les propositions en mode qualité/prix.

Le processus de sélection des équipes

Concrètement, la sélection des fournisseurs se déroule en deux temps.

D’abord, des équipes formées d’un architecte et d’un entrepreneur devront répondre à un appel de qualification. Au-delà des critères d’admissibilité et de conformité, l’évaluation des offres reposera principalement sur la qualité des concepteurs, la compréhension du projet et l’approche conceptuelle préconisée.

Les trois meilleures équipes seront retenues pour passer à l’étape suivante et devront alors présenter leur équipe d’ingénieurs.

Ensuite, lors de la deuxième étape, les trois groupes sélectionnés répondront à un appel de propositions. La meilleure proposition remportera le contrat en fonction d’une formule qualité/prix qui devrait favoriser avant tout la qualité.

Quel rôle pour les ingénieurs?

À ce moment-ci, il demeure plutôt difficile de juger si ce mode permettra aux ingénieurs d’apporter une valeur ajoutée au projet. La clé réside probablement dans la façon dont sera administré l’appel de propositions, dans un contexte où l’exposition aux risques est plus élevée dans un projet en mode conception-construction par rapport au mode traditionnel.

Un processus de qualification des ingénieurs sera-t-il mis en place ? Est-ce que les ingénieurs auront la possibilité d’optimiser et d’innover, ou est-ce que les normes minimales à respecter seront tout simplement fixées au départ, sans incitatif à les surpasser ? Et si les innovations sont effectivement encouragées, seront-elles récompensées de façon significative lors de l’évaluation des propositions ?

Ces sont les principales préoccupations exprimées par les firmes de génie-conseil face à ce nouveau mode de réalisation.

Ceci dit, la SQI a indiqué que dans un autre type de projet, les rôles pourraient très bien être inversés et que les ingénieurs pourraient être impliqués au début de la première étape du processus, lors de l’appel de qualification.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le projet de centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation et le nouveau mode de réalisation, prenez note que la SQI organise une rencontre d’information le 3 février prochain à compter de 13h30 : CLIQUEZ ICI pour les détails.


Avis aux lecteurs : le 19 février prochain, l’AFG et l’Association des Architectes en pratique privée (AAPPQ) organisent un déjeuner-conférence avec Guy Paquin de la SQI sur le sujet des modes de réalisation. L’événement se tiendra à Montréal et sera aussi disponible en webdiffusion. INFORMATION ET INSCRIPTION