Industrie de la construction : il faut préparer la relance dès maintenant!

Devant la crise sanitaire actuelle, la priorité est évidemment de sauver des vies humaines. Nous sommes entièrement en accord avec toutes les mesures prises par l’État québécois et nous appuyons sans réserve ses actions de lutte contre la COVID-19.

Il faut toutefois préparer la reprise des activités, parce que malgré toutes les mesures exceptionnelles, la crise économique à venir affectera elle aussi dramatiquement la vie de milliers de citoyens. L’objectif est de limiter les dommages.

Lors des dernières conférences de presse quotidiennes, le gouvernement a d’ailleurs confirmé qu’il avait déjà mis en place une équipe pour planifier la relance économique. Le premier ministre mentionnait aussi, le 5 avril dernier, que l’économie se devait de continuer à rouler afin de créer de la richesse et d’offrir des services au personnel de la santé, mais aussi à toute la population.

Selon le plan de relance économique du gouvernement du Québec, les grands projets structurants d’infrastructure seront au cœur de cette relance.

Entre autres, les firmes de génie-conseil joueront un rôle de premier plan à la réouverture des chantiers de construction, et assureront ainsi des milliers d’emplois dans toutes les régions du Québec.

Cependant, pour que l’industrie de la construction puisse redémarrer rapidement, les firmes de génie-conseil doivent, en amont, donc dès maintenant, réaliser les études préparatoires et préparer les plans et devis. Nous devons nous mettre à la tâche aujourd’hui, sinon les projets risquent d’accumuler des retards gigantesques qui paralyseront la reprise économique et le retour à la vie normale que toute la population espère voir arriver le plus rapidement possible.

Dans la plupart des cas, en ce moment, les firmes de génie-conseil maintiennent une partie de leurs opérations en mode télétravail, mais il y a certaines activités d’une importance capitale qui nécessitent un accès physique aux bureaux ou sur le terrain et qui ne peuvent plus être exécutées.

Si ces activités pouvaient être reconnues comme des activités prioritaires, l’industrie pourrait fort aisément respecter des normes sanitaires très élevées. Les firmes seraient ainsi en mesure d’établir un équilibre entre le télétravail, la fonctionnalité des bureaux et la sécurité de tous les employés.

Les ingénieur(e)s ne sont pas du personnel de la santé, mais ce sont des bâtisseurs, qui conçoivent des hôpitaux, des écoles et de nombreuses infrastructures pour la collectivité. Des infrastructures qui permettront à la société québécoise de se relever une fois la crise sanitaire terminée. L’industrie du génie-conseil souhaite ardemment préparer la relance économique et ainsi participer aux efforts de tous ceux et celles qui luttent contre le virus.

Ne nous laissez pas sur les lignes de côté, mettez nos forces à contribution dès maintenant!