Commission Charbonneau : adopter les meilleures pratiques

Lors de ma tournée médiatique de novembre (voir les articles publiés dans Le Devoir, Le Soleil et le Journal de Montréal), on m’a demandé si l’AFG craignait la sortie du rapport de la Commission Charbonneau. Au contraire, ai-je répondu, nous avons hâte d’en connaître les recommandations et de collaborer à leur mise en œuvre pour que le Québec devienne un modèle dans l’octroi et de gestion de contrats publics dont nous pourrons tous être fiers.

Pour l’AFG, le rapport de la Commission est solide et réfléchi. Même si certains passages manquent de précision ou démontrent une compréhension incertaine de notre industrie, il constitue, pris dans son ensemble, un jalon très positif puisqu’on y retrouve l’expression de plusieurs des recommandations que nous avions présentées dans notre mémoire déposé à la Commission en juillet 2014, ou de gestes que nos membres ont déjà posés.

Dans notre communiqué de presse, nous avons relevé 6 des 60 recommandations, celles qui nous paraissaient les plus pertinentes pour nous.  Voici les deux plus importantes.

Nous appuyons la création d’une Autorité des marchés publics (recommandation 1). Dans notre mémoire, nous avions recommandé de confier à une autorité un mandat de vigie et de surveillance des appels d’offres, appels de propositions et appels de qualification.

Face à la problématique actuelle du plus bas soumissionnaire dans le domaine municipal, nous appuyons l’uniformisation des lois et règlements régissant les donneurs d’ouvrage publics (recommandation 2), tout en réitérant la valeur de la sélection basée sur la compétence, la meilleure pratique reconnue pour les services professionnels de génie-conseil. Nous avions recommandé que la sélection des professionnels en génie soit basée sur la compétence et que les modes de sélection basés sur le prix soient abandonnés. La recommandation de la Commission est un pas dans la bonne direction, et nous allons poursuivre un dialogue constructif avec les donneurs d’ouvrage à ce sujet.  
Les conditions sont désormais réunies pour que l’AFG, au cours des prochains mois, puisse collaborer avec toutes les parties prenantes à l’adoption des meilleures pratiques dans l’octroi et la gestion des contrats publics au Québec et ainsi faire en sorte de maximiser la contribution du génie-conseil, un créneau d’excellence québécois reconnu mondialement, à notre développement socioéconomique. L’année 2016 s’annonce prometteuse.