3 stratégies pour réussir sa transition d’ingénieur-e à gestionnaire

Devenir gestionnaire peut s’avérer une expérience très enrichissante, mais cela exige une bonne préparation. Et pourtant, cette transition est souvent négligée… Beaucoup de problèmes dans les compagnies et les gouvernements sont générés par des gestionnaires qui n’ont pas appris correctement leur métier. Cet article a pour but de vous éviter de commettre l’erreur que des générations de nouveaux gestionnaires ont commise en négligeant leur transition et pour assurer votre succès, celui de vos futur-e-s employé-e-s et de votre organisation.

Selon Henry Mintzberg, titulaire de la chaire Cleghorn à la Faculté d’administration de l’Université McGill et une sommité mondiale dans le domaine de la gestion :

Peu d’entre nous feraient confiance à l’ingénieur ou au médecin intuitif, sans formation formelle. Pourtant, nous faisons confiance à toutes sortes de gestionnaires qui n’ont jamais passé une journée dans une classe de gestion.

Et c’est effectivement la réalité de nombreux gestionnaires. Les sondages sur le niveau d’engagement des employé-e-s reflètent bien les conséquences de cette réalité. En effet, selon le Conference Board, moins du tiers de tous les gestionnaires sont perçus comme des leaders forts. De nombreux sondages démontrent également que le niveau d’engagement des employé-e-s est à son plus bas niveau (< 30 %) depuis de nombreuses années.

Les 18 premiers mois de la transition à gestionnaire sont critiques, car c’est durant cette période que le nouveau gestionnaire définit son identité et son style de gestion, et qu’il développe de bonnes ou mauvaises habitudes. C’est aussi durant cette période que se manifestent le plus souvent les rapports d’incompétence, d’épuisement professionnel et d’attrition excessive. Malgré les qualifications établies en tant que contributeurs individuels, de nombreux nouveaux cadres ne s’adaptent jamais avec succès aux responsabilités de gestion.

Selon Linda Hill (professeure à la Harvard Business School et auteure du livre « Becoming a manager »), une autre sommité mondiale sur le sujet de comment devenir gestionnaire, il y a quatre défis de transformation qu’il faut réussir pour devenir un-e gestionnaire accompli-e :

  1. Apprendre ce que cela signifie d’être un-e gestionnaire
  2. Développer le jugement interpersonnel
  3. Acquérir la connaissance de soi
  4. Faire face au stress et aux émotions

Pour y arriver, je suggère les 3 stratégies suivantes :

Stratégie #1 : Développez un plan

Avoir un plan est un élément essentiel au succès de tout projet en ingénierie. Alors pourquoi ne pas utiliser la même stratégie pour notre développement professionnel?

Je vous propose d’élaborer un plan qui vous permettra de développer :

  • La connaissance de soi;
  • Les compétences de savoir-être et savoir-faire que vous devez développer pour devenir un-e grand-e gestionnaire;
  • L’exécution efficace de votre plan.

Ce plan vous permettra de relever les 4 défis de transformation.

Stratégie #2 : Devenez un lecteur assidu des sujets qui aident l’être humain à évoluer : leadership, gestion, développement personnel, psychologie, etc.

Stratégie #3 : Utilisez un-e mentor ou un-e coach pour vous préparer et vous accompagner dans cette transition Cette transition majeure dans une carrière d’ingénieur-e doit être absolument bien préparée en appliquant ces 3 stratégies pour assurer son succès. Non seulement cela vous permettra de devenir un-e leader inspirant-e et un-e gestionnaire d’impact, mais également, notre société ne s’en portera que mieux si vous ne répétez pas les erreurs des générations précédentes!

À propos de l’auteur : Pierre Dussault, ing. est coach professionnel certifié (PCC) et consultant en leadership/gestion. Il aide les entrepreneurs, ingénieurs et gestionnaires à être plus efficaces et engagés, et à naviguer dans les transitions majeures de la vie et du travail. Il agit comme conseiller principal chez RHR Expert.


Photo de couverture : Pierre Dussault, ing., lors d’une conférence donnée à Montréal devant les membres du Forum des jeunes professionnels de l’AFG le 15 mai 2019.