« Retourner aux nouvelles
19 juin 2020

SNC-Lavalin devra payer 1,9 million de dollars en vertu d'un quatrième règlement pour truquage d'offres au Québec

Les paiements totaux des firmes ayant participé à un stratagème de collusion s'élèvent à plus de 8,5 millions de dollars à la suite de ce quatrième règlement

GATINEAU, QC, le 19 juin 2020 /CNW/ - La firme d'ingénierie SNC-Lavalin s'est fait ordonner de payer 1,9 million de dollars pour avoir truqué des offres pour des contrats d'infrastructure municipaux au Québec en vertu d'un règlement conclu avec le Service des poursuites pénales du Canada

Le règlement, enregistré aujourd'hui auprès de la Cour supérieure du Québec, met fin à l'enquête du Bureau de la concurrence sur le rôle de l'entreprise dans un stratagème de truquage des offres pour des contrats municipaux impliquant plusieurs firmes d'ingénierie.

SNC-Lavalin a pris part au stratagème entre 2004 et 2011 et a truqué des offres de contrats d'infrastructure publique à Montréal et dans la région de Québec, la période variant selon la municipalité.

Le règlement tient compte du fait que SNC-Lavalin a remboursé précédemment les trop-perçus relatifs au truquage des offres au moyen du >Programme de remboursement volontaire du gouvernement du Québec, en plus du fait que les individus impliqués dans le stratagème ne travaillent plus pour la firme.

Dans le cadre du règlement, la Cour a également ordonné à SNC-Lavalin de maintenir son >programme de conformité d'entreprise, qui est conçu pour éviter que ses employés ne commettent d'autres activités anticoncurrentielles.

Il s'agit du quatrième règlement conclu avec une firme d'ingénierie dans le cadre de l'enquête toujours en cours du Bureau de la concurrence. Dessau, WSP Canada (anciennement Genivar) et Norda Stelo (anciennement Roche) se sont fait ordonner précédemment de payer respectivement 1,9 million de dollars, 4 millions de dollars et 750 000 dollars pour leur rôle dans le stratagème de truquage des offres.

L'enquête du Bureau a également mené à des plaidoyers de culpabilité pour quatre anciens cadres des firmes d'ingénierie Cima+, Genivar et Dessau, accusés de truquage des offres pour des contrats d'infrastructure de la Ville de Gatineau. Ces accusés ont reçu des peines d'emprisonnement avec sursis d'un total de 5 ans et 11 mois et se sont fait imposer un total de 260 heures de travaux communautaires par les tribunaux.

SNC-Lavalin versera son paiement de 1,9 million de dollars au receveur général du Canada.

Citation

« Le truquage des offres pour des contrats d'infrastructure fait augmenter les coûts pour les municipalités et équivaut à voler l'argent des contribuables. Notre enquête n'est pas terminée, et nous continuerons de poursuivre ceux qui complotent pour accroître leurs profits par le biais de stratagèmes criminels comme le truquage des offres. »

Matthew Boswell
Commissaire de la concurrence

Renseignements connexes

  • >Truquage des offres : Compétitionnez légalement! (vidéo)
  • >Boîte à outils sur l'approvisionnement : reconnaître, prévenir et signaler le truquage des offres

Liens connexes

  • >Roche (maintenant Norda Stelo) devra payer 750 000 $ à la suite d'un règlement lié à des truquages d'offres au Québec
  • >Genivar (maintenant WSP Canada) devra payer 4 millions de dollars à la suite d'un règlement lié à des truquages d'offres au Québec
  • >Dessau payera 1,9 million de dollars à la suite d'un règlement lié à des truquages d'offres pour des contrats publics au Québec
  • >Peine de 19 mois pour le quatrième accusé dans une affaire de truquage des offres à Gatineau
  • >Deux autres cadres de firmes d'ingénierie plaident coupables dans une affaire de truquage des offres à Gatineau
  • >Peine de 18 mois pour un deuxième cadre d'une firme d'ingénierie à avoir plaidé coupable dans une affaire de truquage des offres à Gatineau
  • >Peine d'un an pour un cadre d'une firme d'ingénierie qui a truqué des offres pour des contrats publics à Gatineau
  • >Des accusations criminelles sont déposées contre quatre individus pour truquage des offres dans l'industrie de l'ingénierie


Source :
Bureau de la concurrence

Partager:

FACEBOOK TWITTER LINKEDIN